Votre navigateur n'est pas assez récent pour une utilisation optimale du site, vous pouvez le mettre à jour en suivant le lien suivant : browsehappy.com
En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Le cas des Amphibiens exotiques envahissants

Il existe des espèces d’Amphibiens qui, allochtones, sont dans une dynamique d’expansion dans certains territoires et sont susceptibles d’être qualifiées d’EEE.

Concernant le continent européen, le projet «DAISIE» (Delivering Alien Invasive Species In Europe) avait pour premier objectif de faire l’inventaire des espèces exotiques envahissantes qui menacent les environnements terrestres, marins et d’eau douce européens.

La base a identifié 37 espèces d’Amphibiens qui, sur certains espaces du continent, peuvent être considérées comme s’étant à un moment donné naturalisées en dehors de leur aire de répartition naturelle. Toutes n’ont pas un caractère invasif avéré.

Beaucoup de ces espèces ne proviennent pas de zones très lointaines, mais sont déjà présentes naturellement sur le continent. Elles ont été cependant déplacées et introduites dans de nouveaux espaces, qui suivant le protocole d’inventaire, sont en plus dans un autre pays de la zone du projet.

Voici la liste des espèces :

D’après l’inventaire DAISIE, la France est concernée  par le Discoglosse peint (Discoglossus pictus), la Grenouille taureau (Lithobates catesbeianus), la Grenouillle de Bedriaga (Pelophylax bedriagae mais avec un statut inconnu), le Spéléomante d’Ambrosi (Speleomantes ambrosii, mais cela reste à confirmer), le Triton bourreau – anciennement appelé Triton crêté italien (Triturus carnifex), et le Xénope lisse (Xenopus laevis).

La Société Herpétologique de France signale en plus le Sonneur à ventre de feu (Bombina bombina) et la Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) sur une grande partie du territoire. L’Eleutherodactyle de Johnstone (Eleutherodactylus johnstonei) semble également naturalisé à Nantes en milieu anthropique et le Spélerpès de Strinati (Speleomantes strinatii) dans la Vienne.

Il arrive aussi pour plusieurs espèces présentes naturellement sur une partie du territoire métropolitain de se trouver quelques fois également en dehors de leurs aires de répartition naturelle, tout en restant sur le territoire national. C’est le cas par exemple de populations de Triton alpestre dans l’Hérault ou sur le plateau du Larzac ou de la Grenouille rieuse en dehors de la plaine d’Alsace. Le statut de certaines populations isolées reste quelques fois à déterminer (par exemple le Crapaud vert en Franche-Comté).

Des introductions d’individus ne parvenant a priori pas à s’acclimater ne sont pas rares, comme dans le cas de Rainettes méridionales régulièrement entendues en Isère ou ailleurs.

Plusieurs espèces exotiques présentes en France métropolitaine sont naturalisées et présentent une dynamique d’expansion spatiale. Le Discoglosse peint, le Triton bourreau, la Grenouille rieuse, le Sonneur à ventre de feu, la Grenouille taureau et le Xénope lisse augmentent assurément leurs aires de répartition.

Les deux dernières espèces font l’objet d’une attention particulière dans le cadre du LIFE CROAA.

La Grenouille taureau et le Xénope lisse sont deux espèces connues dans plusieurs régions du monde comme étant des espèces exotiques envahissantes.